Au Nord.

Originaire du Nord de la France, Terrils, mines et charbon ont fait partis des mythes et légendes qui ont peuplés mon enfance.  Au détour d’une conversation, je me rend néanmoins compte à quel point ce monde et ce pan de mon histoire locale tend aujourd’hui à être méconnu. Après recherche, il s’avère que les principaux reportages photographiques réalisés à ce sujet durant ces dernières années, notamment à l’occasion de l’entrée du bassin minier au patrimoine mondiale de l’UNESCO, s’attardent principalement autour du territoire et du patrimoine industriel. La parole n’est que très rarement donnée à ces hommes et ces femmes qui façonnèrent la région.

Ainsi, à travers ce reportage je propose d’aller à la rencontre des derniers « Galibots », afin de recueillir leurs témoignages sur la fin de cet univers et sur leurs reconversions après plus de 250 ans d’épopée minière.

Je me suis donc tourné vers des associations et amicales d’anciens mineurs,  afin de les rencontrer. Parmi eux, Martial Ansart, un retraité engagé depuis 32 ans dans la transmission de l’histoire minière. Ensemble nous allons rencontrer les différents acteurs de la mémoire des fonds, notamment en ayant accès à d’anciens puits dont seuls les avertis connaissent encore l’entrée.

Remerciements
  • Martial Ansart, ancien mineur et guide passionné.
  • Serge Hoyez, Président de l’association du Musée de la Mine Jacques Deramaux
  • Musée de la Mine Jacques Deramaux
  • Amicale Laïque de Givenchy-en-Gohelle
  • Association pour la sauvegarde du patrimoine historique industriel et minier.